jeudi 3 février 2011

Les Vestiges de l'Aube, de David S. Khara

Les Vestiges de l'Aube

David S. Khara

Editions Rivière Blanche

209 pages












J’ai eu la chance de recevoir ce livre dans le cadre d’un partenariat entre le forum A Travers les Mots… une Histoire et les Editions Rivière Blanche, que je remercie chaleureusement pour leur générosité !


Résumé :

Manhattan est en proie à une mystérieuse vague de meurtres. Barry Donovan, flic New Yorkais dévoré par le désespoir, mène une difficile enquête. Au détour d’un salon de discussion sur Internet, il fait la connaissance de Werner. Personnage passionnant et hors du temps, il se révèle un ami bien peu commun…

En compagnie du plus humain des vampires, découvrez les secrets enfouis dans les VESTIGES DE L'AUBE.


Incipit
Je suis mort il y a si longtemps que je peine à me rappeler mon existence humaine


Mon avis :

Le résumé m’a séduit, mais je ne savais pas exactement à quoi m’attendre avec ce roman. J’ai eu vraiment une très agréable surprise !

Loin d’être centré sur le sujet du vampirisme, ce récit est avant tout une histoire d’amitié et une histoire d’humanité.

Werner, vampire depuis 1863, vit reclus dans les sous-sols d’un musée de la campagne du New Jersey depuis des décennies, subvenant à ses besoins grâce à Internet. Jusqu’à ce jour de 2003, où il décide de s’ouvrir à l’humanité et de chercher à converser avec un humain. Il s’inscrit pour cela sur un site de t’chat, et y rencontre Barry, policier qui enquête sur des meurtres en séries. Ils développent très vite une relation de confiance qui donnera à Werner l’envie de dévoiler sa vraie nature à son nouvel ami. Mais l’enquête de Barry l’accapare beaucoup, ce qui incitera Werner à user de ses capacités surnaturelles pour aider Barry a avancer dans ses investigations, bien évidemment à l’insu de celui-ci.

David S. Khara nous offre ici, pour un premier roman, un récit où l’action est soutenue. On tourne les pages rapidement et avec plaisir, sans s’ennuyer une seule seconde. L’intrigue policière, sans être délaissée ni bâclée, est pourtant loin d’occuper le devant de la scène dans ce roman un peu noir, qui fait la part belle à l’histoire de Werner et de Barry.

Par une alternance de point de vue, où l’on passe du récit à la première personne de Werner, façon confidence de canapé (presque journal intime), à la découverte de la vie de Barry par une narration à la troisième personne, ce roman possède un rythme rapide alimenté par des chapitres souvent courts, qui s’enchainent pour le plus grand plaisir du lecteur.

On s’attache aisément aux deux personnages principaux, qui nous livrent chacun à leur tour leur histoire, mais aussi leurs malaises et leurs questionnements.

Le récit de l’histoire de Werner est d’ailleurs mon seul regret dans ma lecture : un récit parfois un peu long, mais surtout une présence trop forte à mon goût de l’ambiance de la Guerre de Sécession, qui ne sert pas seulement le décor, mais est aussi beaucoup décortiquée. Pour mon plaisir de lectrice, ce passage où les détails de cette guerre nous sont révélés n’apporte rien au roman, et j’ai regretté ce détour un peu long au cœur du récit de Werner par ailleurs passionnant.

Pour ce qui est du mythe du vampire, David S. Khara nous en révèle ici assez peu. Werner a de multiples capacités (il peut changer de forme, sa peau ne peut pas être transpercée, il a une force surhumaine…), mais s’il ne les utilise pas, il ne lui est pas nécessaire de s’alimenter fréquemment. Il a par exemple déjà passé plusieurs années sans boire de sang. Nous apprenons également quelques autres détails que je vous laisse découvrir en lisant cet ouvrage. Mais dans l’ensemble, on ressent que la volonté de l’auteur n’est pas d’axer son récit sur le vampirisme.

Il est important de signaler que ce livre ouvre les aventures de Werner Von Lowinsky, ce qui en fait donc un premier tome. Mais il se suffit tout à fait à lui-même. L’histoire se clôt totalement, et s’il n’y avait un petit épilogue final, rien ne laisserait présager que nous pourrions attendre une suite. Je suis toutefois ravie d’apprendre que j’aurais l’occasion de me replonger dans une nouvelle aventure de Werner !


Mon bilan :

Un premier roman très réussi, qui offre un vrai plaisir de lecture et séduira autant les amateurs de polar que de vampirisme. Je recommande vivement la découverte de cet auteur et de ce roman !!

9 commentaires:

belledenuit a dit…

Je suis contente qu'il t'ait plu. Pour ma part, je passe notamment parce que je ne suis pas plus fana de vampire que ça :P

Miss Spooky Muffin a dit…

Il est dans ma PAL, il faut que je m'y mette moi aussi ! En plus cette édition chez Rivière Blanche est désormais collector car le livre vient de passer aux mains d'une grande maison d'édition... tu peux le conserver précieusement :)

Phooka a dit…

Voilà un roman qui me fait terriblement envie et ton avis en rajoute une couche!

Hélène a dit…

Je rebondis sur le commentaire de Belledenuit.

Je suis aussi du genre à fuir les roman traitant des vampires, je suis pas franchement fan du genre. Déjà je l'ai lu sans lire le résumé et sans lire de critiques.

Mais là j'ai envie de dire que franchement sur ce tome là qui je l'accorde aussi ce suffit à lui même, le vampirisme est vraiment un détail.

Par contre pour ceux qui l'ont sur leur PAL, lisez le vite et conservez le bien car le tirage rivière blanche est un collector !!
Pour ceux de l'ayant pas vous devrez attendre la réédition Chez Lafon, de plus le livre aura été enrichis.

Marion a dit…

@Belledenuit : comme le dit Hélène, le vampirisme est anecdotique dans ce livre, il vaut vraiment le coup pour l'histoire d'amitié et la grande leçon d'humanité !

@Miss Spooky Muffin : merci pour l'info, je vais le conserver précieusement alors !

@Phooka : je pense que tu ne sera pas déçue !

@Hélène : merci pour ton avis et tes infos : Quelle chance alors j'ai eu de recevoir un collector !

silvi a dit…

un premier roman que j'ai également beaucoup aimé, et en plus dédicacé ; j'ai hâte de lire la suite de cette amitié hors du commun

Fleurdusoleil a dit…

J'ai adoré ce premier roman de David S. Khara. Le second "Le projet Bleiberg" est excellent aussi mais dans un autre registre.

Véro a dit…

Moi et la bit-lit, ce n'est pas le grand amour donc je laisse ce titre de côté !

Mia a dit…

Il me fait envie celui-ci ! bizzz