lundi 13 décembre 2010

A.N.G.E. tome 1 : Antichristus, d'Anne Robillard

A.N.G.E., tome 1 : Antichristus

Anne Robillard


336 pages

Fiche Livraddict :






Résumé :

À l'insu des habitants de la Terre, des hommes et des femmes travaillant pour l'Agence Nationale de Gestion de l'Étrange (mieux connue sous le nom de l'A.N.G.E.) veillent sur l'humanité. Peu importe le pays où ils sont affectés, ces courageux agents secrets la protègent des ténébreuses machinations des serviteurs du Mal.
Lors d'une enquête de routine sur les enseignements trompeurs d'un prétendu gourou, les agentes Océane Chevalier et Cindy Bloom de Montréal découvrent que les sombres évènements prédits par des textes bibliques sont sur le point de se produire. Leurs collègues, Yannick Jeffrey et Vincent McLeod, se joignent alors à elles et se heurtent rapidement à la puissance du Faux Prophète.
Aux tueurs de l'Alliance s'ajoutent bientôt des intervenants inattendus qui plongent l'A.N.G.E. dans l'incertitude. Quelle est en effet la véritable mission de l'envoyé du Vatican qui s'intéresse lui aussi aux crimes de l'Alliance? Qui est vraiment cet homme en noir qui apparaît aux agents de l'A.N.G.E. lorsqu'ils sont en difficulté? L'Agence pourra-t-elle arrêter la percée de l'Antéchrist en Amérique?


Incipit :

« Que savons-nous vraiment de notre monde ? »


Ce qui se murmure autour du livre :

  • Anne Robillard est aussi l'auteur de la série a succès Les Chevaliers d'Emeraude.
  • A.N.G.E. comporte actuellement 2 tomes sortis en France, un 3ème tome sera édité en mars 2011. Mais la série a de la ressource : au Québec, 8 tomes sont déjà sortis !
  • La série sera au final une décalogie : 10 livres qui sortent au rythme de 2 tomes par an.
  • Vous trouverez sur ce lien un trailer de la série. Attention : accent québécois prononcé ! Pour ma part, les 2 agentes ne ressemblent pas du tout à la représentation que j'en avais (ni d'ailleurs à celle qui est faite sur la couverture française), mais les hommes sont très bien choisis !



Mon avis :

J’ai emprunté ce livre à la bibliothèque il y a déjà un bon moment (je crois bien que j’ai déjà fait 2 renouvellements de prêt, chaque prêt durant 3 semaines…). J’ai donc mis du temps avant de me décider à l’ouvrir, pourtant il me faisait vraiment de l’œil.
Ce qui m’a sans doute un peu retenue, c’est que j’avais déjà tenté de lire Anne Robillard, dans sa fameuse saga Les chevaliers d’Emeraude. Et, n’était-ce pas le bon moment, ou bien cette saga n’est-elle vraiment pas mon style, mais je n’ai vraiment pas accroché, j’ai abandonné le premier tome en cours de route.
Toujours est-il que j’avais lu beaucoup d’avis très positif sur la série ANGE, j’ai donc fait fi de cette déception lors de ma première lecture de cette auteure, et je me suis lancée dans cette série. Grand bien m’en a pris !

Pour démarrer ce Murmure, je souhaite vous évoquer un dilemme que rencontre ma bibliothécaire avec la série ANGE. Son questionnement se situe sur le classement de la saga : doit-elle la coter Jeunesse ou Adulte ? Ce qui l’amène à se questionner, c’est principalement l’aspect religieux de l’intrigue et la place primordiale de l’Antéchrist, sujets plutôt relatifs à des lectures adultes selon elle. Du coup, elle m’a demandé de lui donner mon avis après lecture, et j’avoue être assez mitigée…

On a là un style d’écriture qui colle parfaitement à la catégorie jeunesse : simple, léger, peu élaboré en syntaxe et en vocabulaire. Tout est explicite (parfois même un peu trop), les événements se succèdent avec logique, les dialogues sont simplistes et souvent, malheureusement, assez peu réalistes tant ils sont directs et sans équivoque ni subtilité. Cela donne l’impression de relations faciles et simples au possible. Tout est dit sans ambigüité, ils sont tous d’une extrême politesse les uns envers les autres. Les dialogues sont prétextes à préciser au lecteur des éléments du récit, mais n’auraient, en contexte réel, jamais été échangés entre les personnages qui sont tous au fait de la situation abordée. Le tout est trop édulcoré pour un écrit adulte.

Extrait (p. 68) :
« - Nous avons terminé le portrait-robot du mystérieux O. J’aimerais que tu me dises ce que tu en penses.
- Ce soir ?
- Non. Si tu as un moment demain, arrête-toi à mon bureau. Cela nous permettra de faire circuler rapidement la description de ce personnage dans toute l’Agence.
- Bien sûr.
[…]
- Merci de vous inquiéter pour moi, Monsieur Orléans.
- Tu peux m’appeler Cédric, maintenant que tu fais partie de l’équipe.
- Merci, Cédric.
»





Voivi la couverture de ce tome pour l'édition québécoise, manifestement bien plus orienté adulte que la couverture française :



Parlons aussi du schéma narratif, construit à la 3ème personne, mais avec un changement constant de point de vue. Nous sommes dans une écriture avec un narrateur omniscient, qui nous parle des points de vue, des émotions et des pensées de tous les personnages, simultanément ou consécutivement, selon les chapitres.
Océane est le personnage central du roman. Cependant, par le jeu de la narration, nous découvrons tous les autres personnages, tour à tour, de leur propre point de vue, y compris les « méchants ». C’est assez peu commun dans ce style littéraire, qui utilise le plus souvent un point de vue unique, et cela est même un peu déstabilisant au démarrage. J’ai eu ponctuellement un temps d’adaptation, lors des changements de points de vue, surtout quand cela se déroule au cœur même d’un chapitre, d’un paragraphe à l’autre. Toutefois, dans l’ensemble, cette manière différente d’aborder le récit est intéressante. Cela laisse certes moins de mystère dans les interactions et les ressentis des personnages, donc sans doute un peu moins de suspense, mais cela permet aussi de mieux s’immerger dans l’aventure et dans l’esprit des protagonistes. C’est au final un schéma narratif bien adapté à un roman dont l’intrigue est majoritairement basée sur l’action, l’espionnage ou la recherche d’informations.
De plus, la succession de mini chapitres, très courts, donnent beaucoup de rythme au roman. Il n’y a pas de temps mort, l’action est suivie et soutenue, les événements s’enchainent.
En résumé : un bon point pour cet ouvrage !

L’histoire en elle-même se révèle assez développée, avec une intrigue principale prolongée de multiples ramifications. Une toile d’araignée dont les fils sont faits d’agents secrets, d’espionnage, de Rome Antique, de religion… Le tout saupoudré de surnaturel et « d’intraterrestres ». Quelques grammes d’histoires d’amour viennent même se poser sur certains fils de cette toile, en toute subtilité, avec une légèreté qui n’entrave à aucun moment l’équilibre des autres ramifications de l’intrigue. Attention !! Petit Spoiler : on sent poindre vers la fin du tome la possibilité de 2 triangles amoureux autour des 2 personnages féminins. A suivre dans le tome 2 ! Fin du spoiler.

Les nombreux sujets soulevés permettent à chaque lecteur d’y trouver son compte et de se plaire et s’épanouir dans la trame de l’histoire. L’implication, par exemple, d’une autre forme de vie intelligente, venue s’intégrer à notre habitat pour des raisons écologiques, apporte des points d’intérêt non négligeables au roman, et même une ébauche de réflexion sur notre attitude envers notre environnement.

Je souhaite souligner un autre point très positif de cet ouvrage. L’auteure base la trame se son intrigue sur certains faits réels et manifestement très documentés : les éléments historiques (essentiellement sur l’Empire Romain), les évocations bibliques, les théories sur l’Antéchrist, les personnages mythologiques et les légendes qui les entourent… Et même quelques traductions latines. L’histoire en devient captivante, entre autre au travers de toutes ces infos historiques et bibliques, très bien traitées.

Toutefois, il y a un reproche que je dois formuler. L’ensemble du roman s’appuie sur un message très pieux. Très tôt dans le livre, l’auteure oriente l’intrigue en tenant pour acquis l’existence de Dieu et de Satan. Ce présupposé est dès lors primordial pour les futurs rebondissements de l’aventure. Les romans avec une trame de religion sont très en vogue et cet aspect peut apporter de éléments passionnants et mystérieux au roman, mais seulement si le tout est traité avec objectivité. Ce qui n’est pas le cas dans ANGE. Aucune remise en question de la divinité n’est abordée. Le côté « appel à croire » m’a tout de même un peu gênée.


Mon bilan :

Ce n’est pas un coup de cœur, mais une très jolie surprise, sans aucun doute une série que je suivrai désormais avec plaisir. Je le recommande chaudement.

2 commentaires:

LoveBooks a dit…

Il est dans ma PAL et ne demande qu'à être lu !! ta critique m'a décidé à le remonter tout au-dessus ^^ merci

Anne Sophie a dit…

j'ai adoré le tome 1 ... moins le tome 2