dimanche 11 novembre 2012

Midgard, tome 1 et 2, de Steven Dupré

Midgard
Tome 1 : L'invasion / L'évasion

Steven Dupré

Editions Casterman

224 pages

Prix : 15 €








Midgard
Tome 2 : Vers le Nord

Steven Dupré

Editions Casterman

88 pages

Prix : 13 €








Synopsis :


Tome 1
Deux intrigues en parallèle.
L’une, L’Invasion, est médiévale. Elle débute avec un groupe de Vikings venus piller une portion de la côte flamande. L’histoire s’attache à l’un d’entre eux, Snorri, oublié sur place par les siens après le raid, qui pour survivre va devoir nouer une alliance de circonstance avec un gamin des environs, lui aussi en fuite.
L’autre versant du livre, L’Évasion…appartient à la science-fiction.
Il s’attache aux pas d’un jeune extraterrestre, Oon, banni de sa planète pour délinquance et échoué par hasard sur Terre au terme d’une course poursuite. Confronté aux humains, il va lui aussi, comme Snorri, devoir s’adapter à un monde et une société qui lui sont étrangers et hostiles.

Tome 2
Après s’être évadé de son lieu de détention spatiale, le jeune extraterrestre Oon est contraint dans l’urgence de s’adapter à un monde et une société qui lui sont totalement étrangers. Embarqué manu militari sur un drakkar, il va être contraint de partager heurs et malheurs avec ses ravisseurs Vikings, qui le traiteront tour à tour comme un troll, un animal domestique et un esclave. Entre-temps, l’autre personnage clé de cette histoire, le Viking Snorri, isolé des siens et risquant à tout moment d’être démasqué, a entrepris de rentrer chez lui à pied, guidé par le gamin flamand qui lui colle aux basques…


L'avis de l'homme lecteur de BD :

Le mot Midgard est un terme emprunté à la mythologie norvégienne telle que la percevaient les Vikings, il désigne le lieu où vivaient les hommes, par opposition au séjour des dieux (Asgard : ce qui rappellera à certain l'un nom d'une maison d'édition !), au pays des géants (Jötunheim) et à l’enfer (Niflheim). 
Le titre de la série renvoie donc à la fois à l’univers des humains tel que le découvre Oon et au monde tel que se le représentaient les Vikings.

Le tome 1 présente une originalité évidente dans son format, à double sens de lecture. Positionnés tête bêche, l’un et l’autre versants de l’histoire du tome 1 de Midgard (dénommés "L'invasion" et "L'évasion") font exactement le même nombre de pages. Et s’achèvent bien évidemment, au centre du livre, par la même scène : la rencontre entre Oon et les Vikings.

Le lecteur est entièrement libre d’aborder ce tome 1 par la première ou la deuxième partie. Et c'est tout l’intérêt de ce principe, choisir le sens dans lequel nous voulons connaître les évènements. 

Au final, cela ne change rien puisque les deux histoires se déroulent dans le même temps, et s'achèvent par la rencontre des deux protagonistes. Mais c'est tout de même un vrai élément novateur. 

Il y a donc un vrai travail à ce niveau là, mais malheureusement cela ne suffit pas pour rendre le tout captivant.
Effectivement, il y a de l'action, mais trop peu, de l'humour, mais qui souvent tombe à plat. Tout ça s'essouffle un peu et un lecteur adulte ressentira quelque lassitude, bien que l'ensemble puisse sans doute au final contenter sa cible initiale : les adolescents. 

En points forts, on a le traitement de l'intrigue : des vikings réalistes dans leur représentation graphique, leurs attitude et coutumes, et l'intégration d'un extraterrestre à une période telle que celle des vikings est surprenante et fonctionne bien.

Les illustrations toutefois pêchent un peu : le noir et blanc est difficile à traiter car il rend rarement justice aux dessins, et ici, malgré de belles images précises et détaillées, l'ensemble manque de saveur et de punch. 

A noter que Steven Dupré et aussi l'auteur de BD qui a pondu l'adaptation (très réussie) de Kaamelott (la mini-série d'Alexandre Astier). 


Le bilan de l'homme

Plutôt à conseiller à d'assez jeunes lecteurs, moins regardants sur la profondeur de l'intrigue et qui se satisferont d'un humour plus banal. L'exigence d'un lecteur adulte ne trouvera pas son compte dans cette BD qui, pourtant, ne manque pas d'atouts, à commencer par l'originalité de format et de traitement. 


Aucun commentaire: